Trois célébrations Mariales

 

 

 

1ère célébration Mariale : 15 août 2007 à Notre Dame de Neunkirch (67)

 

Procession d’entrée :

 

Chant :

1.- BÉNIE SOIS-TU, MARIE

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

BÉNIE SOIS-TU MARIE,

POUR JÉSUS, TON ENFANT,

      BÉNIE SOIS-TU MARIE,

      NOUS SOMMES TES ENFANTS.

 

1.- Merci de nous faire confiance

     En demeurant dans notre histoire !

Merci de savoir sa présence,

Avec toi dans nos désespoirs.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

2.- Merci de rester à l’écoute

     En nous offrant toujours ta main !

Pour que toujours seule sa route,

Avec toi soit notre chemin.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

3. - Merci d’être pleine de grâce

      Et de venir combler nos vies !

   Pour qu’ainsi chaque jour qui passe,

  Avec toi soit un pas vers Lui.

  AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

 

PRIÈRE : Notre Dame de Neunkirch, alors que la vie me bouscule, tu m’attends dans ton écrin de verdure et tu m’accueilles dans le calme et la sérénité.

Lorsque je viens faire une halte pour prendre souffle, ton regard m’aide à voir ma vie autrement…

Ton Fils me montre la Parole qui me réconcilie ave le Père, les autres et moi-même.

Ton Fils me montre la Parole qui m’enracine dans l’amour du Père.

Vierge des petits pas, tu as laissé l’Esprit conduire ta vie, guide-moi quand je suis dans l’incertitude à la croisée des chemins.

Vierge des petits gestes, donne-moi la spontanéité qui me rend proche de mes frères et sœurs particulièrement de ceux qui comptent sur moi.

Vierge glorieuse de Neunkirch, laisse-moi me réjouir éternellement auprès de toi quand ton Fils me comblera de grâces.

 

Chant :

2.- CHERCHER AVEC TOI DANS NOS VIES

                 Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA

 

CHERCHER AVEC TOI DANS NOS VIES

LES PAS DE DIEU, VIERGE MARIE

PAR TOI, ACCUEILLIR AUJOURD’HUI

LE DON DE DIEU, VIERGE MARIE.

 

 1 - Puisque tu chantes avec nous

Magnificat, Vierge Marie

Permets la Pâque sur nos pas

 Nous ferons tout ce qu’il dira.

 

 2.- Puisque tu souffres avec nous

       Gethsémani, Vierge Marie

          Soutiens nos croix de l’aujourd’hui

          Entre tes mains voici ma vie.

 

              3.- Puisque tu demeures avec nous

          Pour l’Angélus, Vierge Marie

   Guide nos pas vers l’inconnu

   Car tu es celle qui a cru.

 

 

 

(Texte de méditation à deux voix - Michel Quoist)

      Ma plus belle invention, dit Dieu, c’est ma mère. Il me manquait une maman, et je l’ai faite. J’ai fait ma mère avant qu’elle ne me fasse. C’était plus sûr. Maintenant je suis vraiment un homme comme tous les hommes. Je n’ai plus rien à leur envier, car j’ai une maman. Une vraie. Ça me manquait.

        Ma mère, elle s’appelle Marie, dit Dieu. Son âme est absolument pure et pleine de grâce. Son corps est vierge et habité d’une telle lumière que sur la terre je ne me suis jamais lassé de la regarder, de l’écouter, de l’admirer. Elle est belle, ma mère, tellement que, laissant les splendeurs du Ciel, je ne me suis pas trouvé dépaysé près d’elle.

Pourtant, je sais ce que c’est, dit Dieu, que d’être porté par les anges ; ça ne vaut pas les bras d’une maman, croyez-moi.

Ma mère Marie est morte, dit Dieu. Depuis que j’était remonté vers le Ciel, elle me manquait, je lui manquais. Elle m’a rejoint, avec son âme, avec son corps, directement. Je ne pouvais pas faire autrement. Ça se devait. C’était plus convenable.

Les doigts qui ont touché Dieu ne pouvaient pas s’immobiliser. Les yeux qui ont contemplé Dieu ne pouvaient se figer. Ce corps très pur qui avait donné un corps Dieu ne pouvait pourrir, mêlé à la terre… Je n’ai pas pu, ce n’était pas possible, ça m’aurait trop coûté. J’ai beau être Dieu, je suis son fils et c’est moi qui commande.

Et puis, dit Dieu, c’est encore pour me frères les hommes que j’ai fait cela ; pour qu’ils aient une maman au Ciel. Une vraie, une de chez eux, corps et âme. La mienne. C’est fait. Elle est avec moi depuis l’instant de sa mort. Son Assomption, comme disent les hommes. La mère a retrouvé son Fils, et le Fils, sa Mère. Corps et âme, l’un à côté de l’autre, éternellement.

Si les hommes devinaient la beauté de ce mystère ! Ils l’ont enfin reconnu officiellement. Mon représentant sur la terre, le pape, l’a proclamé solennellement. Ça fait plaisir, dit Dieu, de voir apprécier ses dons. Depuis le temps que le peuple chrétien avait pressenti ce grand mystère de mon amour filial et fraternel…

Maintenant qu’ils l’utilisent davantage ! dit Dieu. Au ciel ils ont une Maman qui les suit des yeux, avec ses yeux de chair. Au ciel, ils ont une Maman qui les aime à plein cœur, avec son cœur de chair. Et cette Maman, c’est la mienne qui me regarde, avec les mêmes yeux, qui m’aime avec le même cœur. Si les hommes étaient malins, ils en profiteraient, ils devraient bien se douter que je ne peux rien lui refuser. Que voulez-vous, c’est ma Maman. Je l’ai voulue. Je ne me plains pas. L’un en face de l’autre, corps et âme, Mère et Fils. Éternellement Mère et Fils.

 

Chant :

3.- TON NOM MARIE

                 Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA

 

 

TON NOM, MARIE,

EST DANS MA VIE UNE LUMIÈRE

TON NOM, MARIE,

CHANTE COMME UN MAGNIFICAT !

TON NOM, MARIE,

EST DANS MA VIE UNE PRIÈRE

MAGNIFICAT ! MAGNIFICAT !

 

 

1.-. Bénie sois-tu, Marie pleine de grâce le Seigneur est avec nous.

      Tu es bénie entre toutes les mères et Jésus ton enfant est béni.

            Sainte, - Marie prie pour nous tes enfants.

                   Maintenant et à l’heure de notre naissance. Amen

 

LECTURE :

Lecture de la première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (15, 20-27a)

FRÈRES, le Christ est ressuscité d’entre les morts pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi qui vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra.

Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

 

     - Homélie 

Interlude

 

       MAGNIFICAT :

Antienne

Aujourd’hui, la Vierge Marie est montée au ciel. Soyez dans la joie : avec le Christ elle règne à jamais.

 

Chant :

4.- MAGNIFICAT 1

                 Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA

 

MAGNIFICAT,

LE SEIGNEUR VIENT VERS MOI

  MAGNIFICAT,

  LE SEIGNEUR EST EN MOI.

 

       1.- Je sens sur moi son regard se poser

   Je suis enfin reconnu et aimé.

 

2.- Entre ses mains, je demeure présent

     Entre ses mains disponible et confiant.

 

3.- Je veux rester tout petit devant Lui

     Pour lui redire à nouveau un vrai Oui.

 

4.- Je sais qu’il voit ma souffrance et mes peurs

     Et qu’il comprend tous mes cris de douleur.

 

5.- Chacun de nous est vraiment son enfant

     Pour lui, je veux être plus transparent.

 

 

 

       PROCESSION : (avec la statuette)

Invitation à la Procession

 

 

Chant : Ave de Lourdes

 

Dizaine : Mystère de l’Assomption

« Je vis dans le ciel une Femme couronnée de douze étoile. »

          Par l’intercession de Marie et tous les saints,

            que nous vivions davantage dans l’espérance du ciel.

 

INVOCATIONS

 

 AVEC MARIE…

Avec Marie associée à ton œuvre de salut

Avec Marie, mère de l’Église

Avec Marie, modèle des croyants

 

SEIGNEUR, NOUS TE BÉNISSONS !

 

Avec Marie, accueillant avec joie la Parole

Avec Marie, exaltant ta miséricorde

Avec Marie, témoin de la promesse.

 

SEIGNEUR, NOUS TE BÉNISSONS !

 

Avec Marie, ta mère

Avec Marie, notre mère

Avec Marie, mère de l’Église.

 

SEIGNEUR, NOUS TE PRIONS !

 

Avec Marie, au pied de la croix

Avec Marie, fidèle dans la foi

Avec Marie, mère des douleurs.

 

 

SEIGNEUR, NOUS TE BÉNISSONS !

Avec Marie, comblée de joie

Avec Marie, présentée à ton Église

Avec Marie, élevée dans la gloire du ciel.

SEIGNEUR, NOUS TE BÉNISSONS !

 

Chant :

Pour télécharger la chanson : Cliquer  

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 

 


5.- JE VOUS SALUE MARIE

         Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

            

     1.- Pour la chance et la danse et la joie d’une fête à Cana

          Pour ces chaînes et la haine et ces cris d’un soir au Golgotha.

             Pour ces mots, ce regard, cet aveu qui nous maintient debout

             Pour l’enfer d’un « adieu » sans retour qui nous met à genoux.

 

 

 

 

            JE VOUS SALUE MARIE,

              JE VOUS SALUE.

                  JE VOUS SALUE, MARIE,

                 JE VOUS SALUE.

 

 

     2.- Pour ces mères en colère et perdues sur la place de Mai.

           Pour cet adolescent inconscient qui traîne un lourd secret.

             Par ces bras, pour ces mains grands ouverts qui inventent l’accueil.

 Pour l’oubli, le pardon, les regrets quand on a fait son deuil.

 

2ème dizaine : Mystère  du couronnement de Marie

« Alle Geschlechter preisen mich selig. »

       Möge der Friede Christi durch Maria in uns,

in unserer Umgebung und in der Welt herrschen.

 

Chant : Maria wir rufen zu dir

 

Au retour de la procession :

PRIÈRE à 2 voix :

Ø     Marie, toute à la joie,

         Tu cours annoncer la Bonne Nouvelle !

 

v   Aujourd’hui,

Apprends-nous à témoigner, comme toi,

Du don qui nous est fait…

 

Ø     Marie, toute à l’émerveillement,

Tu adores Dieu que tu mets au monde !

v   Aujourd’hui,

Conduis-nous du silence de la contemplation

À l’étonnement de l’amour…

 

Ø     Marie, toute à la peine,

         Tu communies à la Passion de ton Fils !

v   Aujourd’hui,

Aide-nous à passer à la confiance,

Et à croire, malgré tout…

 

Ø     Marie toute à ta foi

Au matin de l’Église !

v   Aujourd’hui,

Guide-nous sur les chemins du monde,

À la rencontre de nos frères…

 

Ø     Marie, toute à la gloire aux côtés de Jésus !

 

v   Aujourd’hui,

Montre-nous ce bonheur éternel

Où tu attends chacun de nous…

 

Chant :

Jungfrau Mutter Gottes mein (prière de la foule)…

 

Jungfrau, Mutter Gottes mein,

Lass mich ganz dein eigen sein ;

Dein im Leben und im tod,

Dein in Unglück, Angst und Not,

Dein in Kreuz und bittrem Leid,

Dein fur zeit und Ewigkeit.

Jungfrau, Mutter Gottes mein,

Lass mich ganz dein eigen sein.

 

Mutter, auf dich hoff `und baue ich !

Mutter, zu dir ruf ` und seufze ich !

Mutter, du Gütigste, steh mir bei !

Mutter, au Mächtigste, Schutz mir leih !

 

O Mutter, so komm hilf beten mir !

O Mutter, so komm, hilf streiten mir !

O Mutter, so komm, hilf leiden mir !

O Mutter so komm und bleib bei mir !

 

Du kannst mir ja helfen, o Mächtigste !

Du willst mir ja helfen, o Gütigste !

Du musst mir nun helfen, o Getreueste !

Du wirst mir auch helfen, Barmherzigste !

 

O Mutter der Gnade? Der Christen Hort !

Du Zufluncht des Sünder, des heiles Port !

Du Hoffnung der Erde, des Himmels Zier !

Du Trost der Betrübten ihr Schutzpanier !

 

Wer hat je umsonst deine Hilf ` angefleht ?

Wann hast du vergessen ein kindlich Gebet ?

Drum ruf ` ich beharrlich in Kreuz und in Leid :

„Maria hilft immer ! Sie hilft jederzeit !“

Ich ruf ` voll Vertrauen in Leiden und Tod :

„Maria hilft immer, in jeglicher Not !“

So glaub ` ich und lebe und sterbe darauf,

„Maria hilft mir in den Himmel hinauf !“

 

Chant :

Mutter Christi, hoch erhoben.

(Bénédiction avec la statuette au moment des paroles du refrain :)

« Deinen Segen uns erteile ».

 

       PAROLE D’ENVOI 

 

Vénération de la Vierge.

 

Chant :

6.- MEDLEY 2

          Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

 CHERCHER AVEC TOI DANS NOS VIES

 LES PAS DE DIEU, VIERGE MARIE

 PAR TOI, ACCUEILLIR AUJOURD’HUI

 LE DON DE DIEU, VIERGE MARIE.

 

 

 

 

 

 

1 - Puisque tu chantes avec nous

     Magnificat, Vierge Marie

         Permets la Pâque sur nos pas

         Nous ferons tout ce qu’il dira.

 

 

 

TROUVER DANS MA VIE TA PRÉSENCE

TENIR UNE LAMPE ALLUMÉE

CHOISIR D’HABITER LA CONFIANCE

AIMER ET SE SAVOIR AIMÉ.

 

 

1. - Croiser ton regard dans le doute,

      Brûler à l’écho de ta voix,

          Rester pour le pain de  la route,

         Savoir reconnaître ton pas.

 

 

 

 

 

BÉNIE SOIS-TU MARIE,

POUR JÉSUS TON ENFANT,

BÉNIE, SOIS-TU, MARIE,

NOUS SOMMES TES ENFANTS.

 

 

1.- Merci de nous faire confiance

     En demeurant dans notre histoire !

         Merci de savoir sa présence,

         Avec toi dans nos désespoirs.

    AVEC TOI CHAQUE JOUR,    

    MAGNIFICAT !

 

 

 

 

JÉSUS ME VOICI DEVANT TOI

TOUT SIMPLEMENT DANS LE SILENCE

RIEN N’EST PLUS IMPORTANT POUR MOI

QUE D’HABITER EN TA PRÉSENCE.

 

 

1.- QUAND VIENDRA-T-IL TON JOURS MON DIEU

OÙ J’APERCEVRAI TON VISAGE

TU SERAS LA C’EST MERVEILLEUX

LES BRAS OUVERTS SUR MON PASSAGE

 

 

 

 

JE VIENS VERS TOI LES MAINS OUVERTES

AVEC MA FAIM D’OFFRIR MA VIE.

TU VIENS VERS MOI LES MAINS OFFERTES

AVEC CE PAIN M’OFFRIR TA VIE.

 

 

1.- Tu n’as cessé d’être à l’écoute,

     Au long des jours, au long des nuits,

         La nourriture pour la route

        Tu peux l’offrir tu l’a promis.

 

 

 

 

LE PAIN DE TA VIE

TA VIE DANS NOS MAINS

  NOS MAINS SONT UNIES

   UNIES EN TES MAINS.

 

1.- Seigneur nous voici

     En milliers de grains

         Pour donner ainsi

         Ensemble un seul pain.

 

======================

 

2èmecélébration Mariale : 15 août 2006 à Notre Dame de Neunkirch (67)

 

MARIE ELEVÉE DANS LA GLOIRE DU PÈRE

 

Mot d’accueil :

 

Chant d’entrée en célébration :

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
1.- TU DESSINES AUJOURD’HUI, MARIE

        Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA 

 

 

 

 

            TU DESSINES AUJOURD’HUI

                 LE VISAGE DE DIEU,

                 AUX MARCHEURS DANS LA NUIT

                 VERS LE SOLEIL DE DIEU.  

 

 

                        1.- Aurais-je assez de temps

                             Pour ce que j’ai à dire.

                                T’écouter patiemment,

                                Habiter ton sourire.                                 

 

               2.- Qui peut donc rallumer,

                              Le grand FEU sous la cendre.

                                  Qui peut «M’accompagner»?

                                 «M’attendre», pour «entendre».

 

                         3.- Debout près de la croix

                              Marie de nos blessures.

                                  Marie de tous nos choix

                                 Au cœur des «Écritures.»

 

Introduction :

Avec marie, ouvrons nos cœurs à la Parole. Mettons-nous, comme Marie a su si bien le faire, à l’écoute de la Parole du Christ qui est nourriture pour notre vie. 

 

Lecture de l’Apocalypse 11 (1ère lecture de la messe du jour)

 

Homélie en allemand

 

Chant de méditation :

2.- CHERCHER AVEC TOI DANS NOS VIES

                 Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA

 

CHERCHER AVEC TOI DANS NOS VIES

LES PAS DE DIEU, VIERGE MARIE

PAR TOI, ACCUEILLIR AUJOURD’HUI

LE DON DE DIEU, VIERGE MARIE.

 

 1 - Puisque tu chantes avec nous

Magnificat, Vierge Marie

Permets la Pâque sur nos pas

 Nous ferons tout ce qu’il dira.

 

 2.- Puisque tu souffres avec nous

      Gethsémani, Vierge Marie

          Soutiens nos croix de l’aujourd’hui

          Entre tes mains voici ma vie.

 

              3.- Puisque tu demeures avec nous

         Pour l’Angélus, Vierge Marie

   Guide nos pas vers l’inconnu

   Car tu es celle qui a cru.

          

 

Homélie en français

 

 

 Chant du Magnificat :

 
 


3.- MAGNIFICAT, L’ÉTERNEL

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

                                              Lc 1-46-55

                                    Le MAGNIFICAT n’est pas une prière à Marie,

                                  mais il s’agit d’un chant de Marie à son Seigneur : 

               « PUISSANT fit pour moi des MERVEILLES : SAINT est Son Nom ! »

               Au moment de la rencontre entre MARIE et sa cousine, ELISABETH

                                        lors de la VISITATION. (Lc 1.47.55)

 MA-GNI-FI-CAT,

 L’ «É-TER-NEL» chante dans NOS VIES !

               MA-GNI-FI-CAT,

               «IL» ensoleille nos vies !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

                   

 

                        1.- Je veux chanter SON Nom

                         Et sa toute Puissance

                            «IL» est Grand «IL» est Bon

                              Et «IL» a ma confiance.

                                  Je veux chanter Son Nom

                                  Au de-là de l’absence

                                        J’ouvrirai ma maison

                                        Son Amour est immense.

 

 

                   2.- «Nous l’avons entendu»

                           Notre joie est profonde.

                               Seul Dieu est Absolu

                               Et Lumière du monde

                                   «IL» demeure AVEC nous

                                  «IL» nous montre la route

                                       Et toujours DEVANT nous

                                        Restons à son écoute.

 

 

                   3.- Nous marchons avec LUI

                        Nous sommes à son service

                             C’est seulement de LUI

                             Que viendra la justice.

                                Pourquoi aurions-nous peur ?

                                «IL» est la Citadelle

                                     «IL» est notre Sauveur

                                      Nous lui serons fidèle.

 

PROCESSION

Introduction

 

Refrain à reprendre après chaque dizaine

 

4.- BÉNIE SOIS-TU, MARIE

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

BÉNIE SOIS-TU MARIE,

POUR JÉSUS, TON ENFANT,

      BÉNIE SOIS-TU MARIE,

      NOUS SOMMES TES ENFANTS.

 

1.- Merci de nous faire confiance

     En demeurant dans notre histoire !

Merci de savoir sa présence,

Avec toi dans nos désespoirs.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

2.- Merci de rester à l’écoute

     En nous offrant toujours ta main !

Pour que toujours seule sa route,

Avec toi soit notre chemin.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

3. - Merci d’être pleine de grâce

      Et de venir combler nos vies !

   Pour qu’ainsi chaque jour qui passe,

  Avec toi soit un pas vers Lui.

  AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

 

 

Introduction à 1° Dizaine : Oui Marie, veut éclairer nos routes et soulager nos croix en nous faisant entrer dans sa confiance. Et Marie porte nos prières, elle intercède pour nous auprès de son Fils. Le pape Jean-Paul II disait : « En effet, si Jésus, l’unique Médiateur, est la Voie de notre prière, Marie, qui est pure transparence du Christ, nous montre la Voie. Aux noces de Cana, l’Évangile montre précisément l’efficacité de l’intercession de Marie qui se fait auprès de Jésus le porte-parole des besoins de l’humanité. » (Le Rosaire de la vierge Marie n°16).

 

Récitation

 

Refrain, repris :

 

5.- MERCI MARIE D’AVOIR DIT « OUI »

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

    MERCI MARIE D’AVOIR DIT OUI,

     LA JOIE DE DIEU EST AVEC NOUS.

          MERCI MARIE D’AVOIR DIT OUI.

         LA PAIX DE DIEU HABITE EN NOUS.

 

 

 

 

 

 

 

OÙ DEMEURES-TU ?

 

 

 

 

 

 

 
 

                               

 

 

 

 

 

       1.- Prenons le temps de l’accueillir,

    Tout le temps de le choisir.

    Le temps, c’est fait pour grandir, Alléluia !

          Prenons le temps de l’écouter,

          Tout le temps de méditer.

          Le temps, c’est fait pour aimer, Alléluia !

 

2.- Prenons le temps d’être avec lui,

Tout le temps de dire “oui” ,

Le temps, c’est fait pour sa vie, Alléluia

Prenons le temps de l’annoncer,

Tout le temps de le prier,

Le temps, c’est fait pour chanter, Alléluia !

 

3.- Prenons le temps de remercier,

Tout le temps de nous confier,

Le temps, c’est fait pour veiller, Alléluia !

Prenons le temps de pardonner,

Tout le temps de partager.

Le temps, c’est fait pour donner, Alléluia !

 

INVOCATIONS :

-     Christ Ressuscité, Tu es notre Vie : SEIGNEUR NOUS TE BÉNISSONS !

-     Christ Ressuscité, Tu es notre Lumière : SEIGNEUR NOUS TE BÉNISSONS !

-     Christ Ressuscité, Tu es notre Joie : SEIGNEUR NOUS TE BÉNISSONS !

 

-         Toi qui es venu en notre chair : TU ES NOTRE ESPÉRANCE.

-         Toi qui as pris nos souffrances : TU ES NOTRE ESPÉRANCE.

-         Toi qui guérie les malades : TU ES NOTRE ESPÉRANCE.

 

-         Jésus ami des hommes, frère des pauvres : ÉCOUTE NOTRE PRIÈRE.

-         Jésus notre paix et notre réconciliation : ÉCOUTE NOTRE PRIÈRE.

-         Jésus force de ceux qui espèrent en toi : ÉCOUTE NOTRE PRIÈRE.

 

Refrain, repris :

 

6.- BÉNIE SOIS-TU, MARIE

  Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

BÉNIE SOIS-TU MARIE,

POUR JÉSUS, TON ENFANT,

      BÉNIE SOIS-TU MARIE,

      NOUS SOMMES TES ENFANTS.

 

1.- Merci de nous faire confiance

     En demeurant dans notre histoire !

Merci de savoir sa présence,

Avec toi dans nos désespoirs.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

2.- Merci de rester à l’écoute

     En nous offrant toujours ta main !

Pour que toujours seule sa route,

Avec toi soit notre chemin.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

3. - Merci d’être pleine de grâce

      Et de venir combler nos vies !

   Pour qu’ainsi chaque jour qui passe,

  Avec toi soit un pas vers Lui.

  AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

 

2° Dizaine en allemand :

 

mot d’introduction en allemand

récitation

 

Chant : 886   Maria wir rufen zu dir !

 

INVOCATIONS :

-         Toi qui as accueilli les malades : JÉSUS TU ES NOTRE FOI.

-         Toi qui as accueilli les malades : JÉSUS TU ES NOTRE ESPÉRANCE.

-         Toi qui as accueilli les malade : JÉSUS TU ES NOTRE SALUT.

-         Toi qui as dit : Je suis la lumière du monde : SEIGNEUR FAIS QUE JE VOIE.

-         Toi qui as fait entendre les sourds et parler les muets : SEIGNEUR FAIS QUE 

     J’ENTENDE TA PAROLE !

-         Toi qui as dit au lépreux : Je le veux, sois guéri ! SEIGNEUR GUÉRIS-NOUS !

 

 

Refrain, repris :

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
7.- JE N’AI QUE MON SILENCE MARIE

        Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 
 

 

                  JE N’AI QUE MON SILENCE

                  ET CE CIERGE ALLUMÉ 

                     POUR TROUVER SA  PRÉSENCE

                    MAIS, MARIE, J’AI CONFIANCE.

                         TU SAURAS M’ÉCLAIRER.

 

                      1.- Une flamme fragile

                     Qui vient chercher asile

                        Là, au creux de tes doigts.

                        Une flamme tranquille :

                            Une mèche un peu d’huile

                            Surtout protège-là.

 

 

           2.- Une flamme éphémère

                                     Minuscule lumière

                                         Ne l’abandonne pas.

                                         Une flamme prière

                                             Qui cherche sa chaumière

                                             Son refuge est en toi.

 

 

                              3.- Garde bien cette flamme

                                   C’est un peu de mon âme

                                        Elle s’abandonne à toi.

                                        Garde bien cette flamme

                                             Tu vois, elle te réclame

                                             Elle compte sur Toi.

 

3° Dizaine : Marie couronnée au ciel :

 

Pour la paix dans le monde, la paix au Liban, en Irak, au Sri Lanka…

Pour tous ceux qui exercent le pouvoir dans ces régions ; que l’orgueil, l’ambition cèdent la place à la paix, à la réconciliation, à l’entente…

Pour que soient rassemblés dans la paix les hommes de tous les pays, de toutes races, de toute culture, de toute religion…

Pour nous qui peinons sur le chemin du Royaume…

 

Récitation

 

Refrain, repris :

 

8.- BÉNIE SOIS-TU, MARIE

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

BÉNIE SOIS-TU MARIE,

POUR JÉSUS, TON ENFANT,

      BÉNIE SOIS-TU MARIE,

      NOUS SOMMES TES ENFANTS.

 

1.- Merci de nous faire confiance

     En demeurant dans notre histoire !

Merci de savoir sa présence,

Avec toi dans nos désespoirs.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

2.- Merci de rester à l’écoute

     En nous offrant toujours ta main !

Pour que toujours seule sa route,

Avec toi soit notre chemin.

AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

3. - Merci d’être pleine de grâce

      Et de venir combler nos vies !

   Pour qu’ainsi chaque jour qui passe,

  Avec toi soit un pas vers Lui.

  AVEC TOI CHAQUE JOUR, MAGNIFICAT !

 

 

 

INVOCATIONS :

-         Toi qui donnes ta vie en abondance : SEIGNEUR NOUS TE LOUONS.

-         Toi qui libères l’homme : SEIGNEUR NOUS TE LOUONS.

-         Toi qui aime tout homme : SEIGNEUR NOUS TE LOUONS.

 

-         Par nous tu veux bâtir un monde nouveau : VIENS SEIGNEUR JÉSUS.

-         Par nous tu veux bâtir un monde de paix : VIENS SEIGNEUR JÉSUS.

-         Par nous tu veux bâtir un monde de justice : VIENS SEIGNEUR JÉSUS.

 

-         Pour tous ceux qui travaillent à l’annonce de l’Évangile : SEIGNEUR NOUS TE PRIONS.

-         Pour toutes les personnes qui ne savent plus prier : SEIGNEUR NOUS TE PRIONS.

-         Pour les familles éprouvées et divisées : SEIGNEUR NOUS TE PRIONS.

-         Pour tous ceux qui souffrent de la solitude : SEIGNEUR NOUS TE PRIONS.

 

Refrain, repris :

Pour télécharger la chanson : Cliquer  

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 

 


9.- JE VOUS SALUE MARIE

         Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

             Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière

 avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus, » (Actes 1,14)

  

 

     1.- Pour la chance et la danse et la joie d’une fête à Cana

          Pour ces chaînes et la haine et ces cris d’un soir au Golgotha.

             Pour ces mots, ce regard, cet aveu qui nous maintient debout

             Pour l’enfer d’un « adieu » sans retour qui nous met à genoux.

 

 

 

 

            JE VOUS SALUE MARIE,

              JE VOUS SALUE.

                  JE VOUS SALUE, MARIE,

                 JE VOUS SALUE.

 

 

     2.- Pour ces mères en colère et perdues sur la place de Mai.

           Pour cet adolescent inconscient qui traîne un lourd secret.

             Par ces bras, pour ces mains grands ouverts qui inventent l’accueil.

             Pour l’oubli, le pardon, les regrets quand on a fait son deuil.

 

 

      3.- Pour une décision sans passion quand on n’a plus le choix.

           Et pour tous ces « non-dits » ces «trop dit», ce qu’on pense tout bas.

              Pour ces armes et ces larmes et ces ombres et ces : «tant pis pour toi»

              Pour ces choses oubliées éloignées et ces : « ne m’en veux pas ».

 

 

-         Extraits de poésie de Sainte Thérèse : Pourquoi je t’aime Ô Marie !

                                                                                                                   

« Pourquoi je t’aime Ô Marie ! »

 

Comment ne pas t’aimer, ô ma mère chérie

En voyant tant d’amour et tant d’humilité ?

 

En méditant ta vie dans le saint Évangile

J’ose te regarder et m’approcher de toi

Me croire ton enfant ne m’est pas difficile

Car je te vois mortelle et souffrant comme moi.

 

Point de ravissement, de miracles, d’extases

N’embellissent ta vie, ô Reine des élus !

C’est par la voie commune, incomparable mère

Qu’il te plaît de marcher pour guider les petits aux Cieux.

 

Je t’aime, ô Marie, te disant la servante

Du Dieu que tu ravis par ton humilité

Cette vertu cachée te rend toute puissante

Elle attire en ton cœur la sainte Trinité.

 

Tu nous aimes, Marie, comme Jésus nous aime

Aimer c’est tout donner et de donner soi-même

Le Sauveur connaissait ton immense tendresse

Il savait les secrets de ton cœur maternel.

 

En attendant le Ciel, ô ma mère chérie

Je veux vivre avec toi, te suivre chaque jour

Mère, en te contemplant, je me plonge ravie

Découvrant dans ton cœur des abîmes d’amour.

 

Oh je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime

Et redire à jamais que je suis ton enfant.

 

Thérèse de l’Enfant Jésus.


 

-         Bénédiction

 

-         Chant final

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 


10.- MERCI SEIGNEUR DIEU POUR MARIE

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

        MERCI, SEIGNEUR DIEU, POUR MARIE

         AINSI, SEIGNEUR DIEU : « NOUS VOICI. »

             MERCI POUR MARIE

             MERCI POUR SA VIE

            AINSI, SEIGNEUR DIEU : « NOUS VOICI. »

 

                 

                   1.-  Maintiens, Seigneur Dieu, notre FOI.

                         Debout, même au pied de la Croix.

                                Soutiens  notre «choix»

                                Toujours, d’être là

                                      Debout, même au pied de la Croix.

 

 

 

2.- Ici,  Seigneur Dieu : « nous voici.»

      Afin de louer «  l’Infini »

             L’appel à la Vie,

             L’Amour qui nous lie.

                   Ainsi, disponibles et choisis.

 

 3.- L’Esprit, Seigneur Dieu, c’est Ta Vie.

      Le vin de la fête est servi.

             L’infirme est guéri.

             La Pâque a jailli.

                   Témoins, annonçons Jésus Christ !

 

 

 

-         Vénération de la statuette

 

Chant :

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 

 


11.- MARIE anagramme d’AIMER

        Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA 

 

 

 

PUISQUE TU ME MONTRES LA ROUTE

PUISQUE AVEC TOI, JE NE CRAINS RIEN.

MALGRÉ LES VENTS ET LES DÉROUTES

J’IRAI JUSQU’AU BOUT DU CHEMIN.

          

 

 

 

 

 1.- DONNE-MOI LA MAIN

MARIE ma MÈRE

Pour faire : « tout ce qu’ « IL » voudra…. »

Surtout prends soin

C’est ma prière,

De mon désir d’être avec Toi.

 

 2.- DONNE-MOI LA MAIN

MARIE ma MÈRE

Dans ces moments de : « Golgotha »

Y a-t-il, au moins,

Une « Lumière »

J’en ai tellement besoin, tu vois.

                    

3.- DONNE-MOI LA MAIN

                   MARIE ma MÈRE

              Car le puits reste à sec parfois,

                 Est-elle loin

                 Cette rivière

                  Où « IL » m’attend encore, je crois.

 

 

 

======================

-

 

 

 

 

 

3ème célébration Mariale : 15 août 2005 à Notre Dame de Consolation (25)

 

 

 

 

Introduction :

-   Signe de Croix

-   Nous sommes heureux de nous retrouver encore nombreux cet après-midi pour louer

   dans la joie Marie, la reine du Ciel, pour réfléchir à son rôle maternel et pour la prier

   à toutes nos intentions.

     

 

 
 

 


1.- MAGNIFICAT, L’ÉTERNEL

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

                                              Lc 1-46-55

                                    Le MAGNIFICAT n’est pas une prière à Marie,

Le cantique

de la Vierge Marie

 

Je reconnais la grandeur

du Seigneur,

par Dieu qui me sauve

je jubile.

 

Il a tenu compte

de l’humiliation de

son esclave.

Maintenant, voilà :

toutes les générations m’appelleront l’Heureuse,

 

 puisque pour moi

le Puissant a fait

des prodiges.

Son nom est Saint.

 

Il est généreux,

sur des générations

et des générations,

envers ceux

qui le craignent.

 

De son bras

 il fait œuvre de puissance et disperse les cœurs arrogants.

 

Il détrône les souverains

et élève ceux qu’ils

ont piétinés.

 

Les affamés sont comblés ; les riches sont congédiés les mains vides.

 

Il prend le parti

de son serviteur Israël, fidèle à sa générosité,

 

comme il l’avait dit

 à nos pères,

pour toujours favorable

à Abraham

et a ses descendants.

 

Lc 1,46-55

Nouvelle Traduction Bayard

 
                                  mais il s’agit d’un chant de Marie à son Seigneur : 

               « PUISSANT fit pour moi des MERVEILLES : SAINT est Son Nom ! »

               Au moment de la rencontre entre MARIE et sa cousine, ELISABETH

                                        lors de la VISITATION. (Lc 1.47.55)

 MA-GNI-FI-CAT,

 L’ «É-TER-NEL» chante dans NOS VIES !

               MA-GNI-FI-CAT,

               «IL» ensoleille nos vies !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

                    

 

                        1.- Je veux chanter SON Nom

                         Et sa toute Puissance

                            «IL» est Grand «IL» est Bon

                              Et «IL» a ma confiance.

                                  Je veux chanter Son Nom

                                  Au de-là de l’absence

                                        J’ouvrirai ma maison

                                        Son Amour est immense.

 

 

                   2.- «Nous l’avons entendu»

                           Notre joie est profonde.

                               Seul Dieu est Absolu

                               Et Lumière du monde

                                   «IL» demeure AVEC nous

                                  «IL» nous montre la route

                                       Et toujours DEVANT nous

                                        Restons à son écoute.

 

 

                   3.- Nous marchons avec LUI

                        Nous sommes à son service

                             C’est seulement de LUI

                             Que viendra la justice.

                                Pourquoi aurions-nous peur ?

                                «IL» est la Citadelle

                                     «IL» est notre Sauveur

                                      Nous lui serons fidèle.

 

 

Hymne

 

Pleine de grâce, réjouis-toi

L’Emmanuel  trouvé place

Dans ta demeure illuminée.

Par toi, la gloire a rayonné

Pour le salut de notre race.

 

 

 

Vierge fidèle, réjouis-toi

Dans la ténèbre où Dieu t’appelle

Tu fais briller si haut ta foi

Que tu reflètes sur nos croix

La paix du Christ et sa lumière.

 

 

 

Arche d’alliance, réjouis-toi

Sur toi repose la présence

Du Dieu caché dans la nuée.

Par toi, la route est éclairée

Dans le désert où l’homme avance.

 

 

 

Reine des anges, réjouis-toi

Déjà l’Église en toi contemple

La création transfigurée :

Fais-nous la joie de partager

L’exultation de ta louange.

 

 

Prière :

 

Seigneur, tu t’es penché sur ton humble servante, la bienheureuse Vierge Marie : tu lui as donné la grâce et l’honneur de devenir la mère de ton Fils unique, et tu l’as couronnée, en ce jour, d’une gloire sans pareille ; à sa prière, accorde-nous, puisque nous sommes rachetés et sauvés, d’être élevés avec elle dans ta gloire. Par Jésus-Christ.

 

 

Lecture biblique :

 

- Lecture de la première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens

- Frères, au dernier jour, ce qui est périssable en nous deviendra impérissable ; ce qui est mortel revêtira l’immortalité ; alors se réalisera la parole de l’Écriture : La mort a été engloutie dans la victoire. Ô mort, où est ta victoire ? Ô mort, où est ton dard venimeux ? Le dard de la mort, c’est le péché ; ce qui renforce le péché, c’est la Loi.

            Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par Jésus-Christ notre Seigneur.

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 


2.- MERCI SEIGNEUR DIEU POUR MARIE

       Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

        MERCI, SEIGNEUR DIEU, POUR MARIE

         AINSI, SEIGNEUR DIEU : « NOUS VOICI. »

             MERCI POUR MARIE

             MERCI POUR SA VIE

            AINSI, SEIGNEUR DIEU : « NOUS VOICI. »

 

                 

                   1.-  Maintiens, Seigneur Dieu, notre FOI.

                         Debout, même au pied de la Croix.

                                Soutiens  notre «choix»

                                Toujours, d’être là

                                      Debout, même au pied de la Croix.

 

 

 

2.- Ici,  Seigneur Dieu : « nous voici.»

      Afin de louer «  l’Infini »

             L’appel à la Vie,

             L’Amour qui nous lie.

                   Ainsi, disponibles et choisis.

 

 3.- L’Esprit, Seigneur Dieu, c’est Ta Vie.

      Le vin de la fête est servi.

             L’infirme est guéri.

             La Pâque a jailli.

                   Témoins, annonçons Jésus Christ !

                

 

Évangile de l’Annonciation

- Évangile de Jésus-Christ selon Saint Luc

 

L’Ange Gabriel fut envoyé par Dieu, dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph, et le nom de la jeune fille était Marie. L’Ange entra chez elle et dit : « Je te salue comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

L’Ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

Voici qu tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il règnera pour toujours sur la maison de Jacob et son règne n’aura pas de fin. »

Marie dit à l’Ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je suis vierge ? »

L’Ange lui répondit : « l’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Elisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait « la femme stérile. »

Car rien n’est impossible à Dieu. »

Marie dit alors : « voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »

Alors l’Ange la quitta.

 

 

 

 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc - (1, 39-56)

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. Or, quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Elisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

 

Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui Le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes. Il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur. Il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »

 

Marie demeure avec Elisabeth environ trois mois, puis s’en retourna chez elle.

 

 

 

 
Remplie de l’Esprit Saint

 

Dans toute la Bible, l’Esprit de Dieu (inséparable du Père et du Fils et qui se révèle avec eux en Jésus-Christ), n’a point de visage. En hébreu, en grec ou en latin, son nom est emprunté aux phénomènes naturels du vent et de la respiration, si bien que ce nom peut aussi bien évoquer le souffle créateur : « Tu envoies ton souffle, ils (les animaux) sont créés » (Ps 104), que l’effusion de l’Esprit Saint vivifiant les cœurs.

 

Comme ici, « IL » agit de l’intérieur, prenant possession des personnes, envahissant d’une présence. Elisabeth est si remplie d’Esprit Saint qu’elle découvre que l’enfant de marie est son Seigneur, et Jean Baptiste, déjà prophète trois mois avant de naître, est saisi par l’Esprit  de manière telle qu’il tressaille d’allégresse pour la venue du Sauveur.

 

Tu es bénie entre toutes les femmes !

 

 

 

 

L’hébreu n’ayant pas de superlatif ; par cette tournure, il distingue une personne en la hissant au-dessus de la masse des autres du même genre : « Bénie es-tu parmi toutes les femmes ! »

Dieu est par excellence Celui qui bénit.

Ni simple constatation ni pur souhait, plus enthousiaste que « Bienheureuse es-tu ! », cette formule jaillit comme un cri devant Marie en qui Dieu vient de se révéler, et Elisabeth est émerveillée devant ce que Dieu a fait en son élue, qui Lui appartient à un titre spécial : elle est « bénie de Dieu », et elle témoigne de son inépuisable générosité.

Les chrétiens aiment à reprendre ces paroles de louange d’Elisabeth dans l’Ave Maria.                                                            

Bienheureuse !

 

 

 

 

Cette proclamation d’Elisabeth : « Heureuse celle qui a cru », plus que félicitation pour le don de la Foi ou pour un état de bonheur, est action de grâce. Et cette exclamation de Marie : « Toutes les générations me diront bienheureuse ! », témoigne du bonheur surnaturel de Marie, de sa béatitude.

          Les deux exclamations expriment bien que Jésus est au centre de toute béatitude. En effet, en Lui, nous ne manquons d’aucun don de la grâce, l’aspiration au bonheur est accomplie car le Royaume des cieux est en Lui et « IL » donne l’Esprit Saint comme arrhe de l’héritage céleste.

 

Marie-Christine Lafon

 

Famille Chrétienne n° 1387 du 14 au 20 août 2004. <25

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer  

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
Homélie

 

 3.- JE VOUS SALUE MARIE

         Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

             Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière

Je te salue Marie…

 

 

Comblée de grâce,

Immaculée Conception,

Toi dont l’image d’orée brille cette nuit au sommet de la chapelle de Fourvière.

Marie aux mains ouvertes pour accueillir tout les hommes et femmes de l’immense ville,

pour réunir jeunes et vieux, croyants et mécréants,

pour accueillir ta vocation maternelle reçue du Crucifié, et servir la proximité de Dieu en ce fruit de tes entrailles, notre frère Jésus Christ.

 

Le Seigneur est avec toi, alors, Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous pauvres et

pécheurs.

Des lumignons aux fenêtres des maisons

pour éclairer la nuit,

pour souhaiter la paix

et l’harmonie.

Fragiles veilleuses derrière

le carreau de l’enfant

qui s’endort,

du malade qui attend.
Lumière désirée sur la vie

du chômeur et du couple qui

s’aime et se promet fidélité.

Ma bougie qui dit à Marie de

prier pour moi, pour nous,

maintenant et à l’heure de la

mort.

Jean-Marie JOUHAM,

Recteur de la basilique de Fourvière

 
 avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus, » (Actes 1,14)

   

 

     1.- Pour la chance et la danse et la joie d’une fête à Cana

          Pour ces chaînes et la haine et ces cris d’un soir au Golgotha.

             Pour ces mots, ce regard, cet aveu qui nous maintient debout

             Pour l’enfer d’un « adieu » sans retour qui nous met à genoux.

 

 

 

 

            JE VOUS SALUE MARIE,

              JE VOUS SALUE.

                  JE VOUS SALUE, MARIE,

                 JE VOUS SALUE.

 

 

     2.- Pour ces mères en colère et perdues sur la place de Mai.

           Pour cet adolescent inconscient qui traîne un lourd secret.

             Par ces bras, pour ces mains grands ouverts qui inventent l’accueil.

             Pour l’oubli, le pardon, les regrets quand on a fait son deuil.

 

 

      3.- Pour une décision sans passion quand on n’a plus le choix.

           Et pour tous ces « non-dits » ces «trop dit», ce qu’on pense tout bas.

              Pour ces armes et ces larmes et ces ombres et ces : «tant pis pour toi»

              Pour ces choses oubliées éloignées et ces : « ne m’en veux pas ».

 

 

 

 

 

Prière de Pie XII à Notre Dame de l’Assomption

 

Ô VIERGE immaculée, mère de dieu et mère des hommes, nous croyons avec toute la ferveur de notre foi en votre Assomption triomphale en âme et en corps au ciel et nous nous unissons aux Anges et aux Saints pour louer et bénir le Seigneur qui vous a exaltée plus que toutes les autres créatures, et pour vous offrir l’élan de notre dévotion et de notre amour.

Nous avons confiance que vos regards miséricordieux s’abaissent sur nos misères et sur nos angoisses, sur nos luttes et sur nos faiblesses ; que vos lèvres sourient à nos joies et à nos victoires ; que vous entendez la voix de Jésus vous dire de chacun de nous, comme jadis de son disciple bien-aimé : voilà votre Fils.

Nous avons la vivifiante certitude que nos yeux, qui ont versé des larmes sur la terre, se tournent encore vers ce monde en proie aux guerres, aux persécutions, à l’oppression des Justes et des Faibles ; et nous, nous attendons de votre douce pitié le soulagement des peines de cœurs, des épreuves de l’Église et de notre Patrie.

Nous croyons enfin que dans la gloire où vous régnez, vous êtes, avec Jésus, la joie et l’allégresse de tous les Anges et de tous les Saints, et nous, de cette terre où nous passons en pèlerins, réconfortés par la foi en la résurrection future, nous regardons vers vous, notre vie, notre douceur, notre espérance ; attirez-nous pour nous montrer un jour Jésus, le fruit béni de votre sein, ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie.

 

 

Prière universelle

 

Prions avec confiance notre Mère du ciel à toutes nos intentions.

Après chaque intention, vous voudrez bien dire la deuxième moitié du «Je vous salue Marie»

 

-   Pour notre Pape Benoît XVI, pour les évêques, en particulier le nôtre, pour les prêtres, les religieux et les religieuses, les travailleuses missionnaires.

 

-   Pour les catéchistes, les militants d’Action Catholique et tous les chrétiens qui se dévouent d’une façon ou

            de l’autre.

 

-   Pour les jeunes, spécialement pour ceux qui vont participer aux Journées Mondiales de la Jeunesse.

 

-   Pour les victimes de conflits qui déchirent notre Monde et pour la paix.

 

-   Pour les malades, les infirmes, les accidentés, les découragés.

 

-   Pour ceux qui souffrent de la faim, au Niger et ailleurs.

 

-   Pour que ceux qui ne croient pas au Ciel pensent à leur destinée éternelle.

 

-   À toutes les intentions indiquées sur le cahier de l’entrée de la chapelle.

 

-   Pour que nos défunts partagent le bonheur céleste de Marie.

 

-   Pour que nous emportions de ce pèlerinage une plus grande confiance en Marie.

 

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
4.- JE N’AI QUE MON SILENCE MARIE

        Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 
 

 

                  JE N’AI QUE MON SILENCE

                  ET CE CIERGE ALLUMÉ 

                     POUR TROUVER SA  PRÉSENCE

                    MAIS, MARIE, J’AI CONFIANCE.

                         TU SAURAS M’ÉCLAIRER.

 

                      1.- Une flamme fragile

                     Qui vient chercher asile

                        Là, au creux de tes doigts.

                        Une flamme tranquille :

                            Une mèche un peu d’huile

                            Surtout protège-là.

 

 

           2.- Une flamme éphémère

                                     Minuscule lumière

                                         Ne l’abandonne pas.

                                         Une flamme prière

                                             Qui cherche sa chaumière

                                             Son refuge est en toi.

 

 

                              3.- Garde bien cette flamme

                                   C’est un peu de mon âme

                                        Elle s’abandonne à toi.

                                        Garde bien cette flamme

                                             Tu vois, elle te réclame

                                             Elle compte sur Toi.

 

Litanies de la Sainte Vierge

Vous voudrez bien répondre « priez pour nous » à chaque invocation

 

Sainte Mère de Dieu,

Mère toujours Vierge,

Mère admirable,

Mère du Créateur,

Mère du Sauveur,

Vierge toute bonne,

Miroir de la Sainteté,

Cause de note joie.

Demeure de l’Esprit Saint,

Porte du ciel,

Refuge des pécheurs,

Consolatrice des affligés,

Secours de chrétiens,

Notre Dame des tâches monotones,

Notre Dame des nuits sans repos,

Notre Dame des lendemains incertains.

Mère de l’humanité,

Reine des Anges,

Reine des martyrs,

Reine de tous les saints,

Reine du Saint Rosaire,

Reine de la paix,

Reine monté au ciel.

 

Prière

 

Vraiment, Père très saint, il est bon de reconnaître ta gloire dans le triomphe de tes élus, et pour fêter la Vierge Marie, de reprendre son cantique d’action de grâce :

Oui, tu as étendu ta miséricorde à tous les âges et révélé tes merveilles à la terre entière, en choisissant ton humble servante pour donner au monde un Sauveur, ton fils, les Seigneur Jésus-Christ.

Oui, heureuse la Vierge de Nazareth qui a cru à l’accomplissement de ta parole ! Heureuse la Mère qui a porté dans son sein l’enfant béni destiné à devenir le Berger de toutes les nations. Heureuse la Femme plus forte que la douleur ; elle a connu, près de la Croix l’enfantement d’un monde nouveau. Heureuse la Fille de notre race, élevée dans la gloire près de son Fils : sa vie demeure pou nous un chemin de lumière. C’est pourquoi, nous aussi, le cœur rempli d’espérance, nous exultons de joie avec la Vierge Marie en chantant :

 

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
5.- TU DESSINES AUJOURD’HUI, MARIE

        Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA 

 

 

 

 

            TU DESSINES AUJOURD’HUI

                 LE VISAGE DE DIEU,

                 AUX MARCHEURS DANS LA NUIT

                 VERS LE SOLEIL DE DIEU.  

 

 

                        1.- Aurais-je assez de temps

                             Pour ce que j’ai à dire.

                                T’écouter patiemment,

                                Habiter ton sourire.                                 

 

               2.- Qui peut donc rallumer,

                              Le grand FEU sous la cendre.

                                  Qui peut «M’accompagner»?

                                 «M’attendre», pour «entendre».

 

                         3.- Debout près de la croix

                              Marie de nos blessures.

                                  Marie de tous nos choix

                                 Au cœur des «Écritures.»

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
Bénédiction et envoi

 

6.- MARIE anagramme d’AIMER

        Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA 

 

 

 

PUISQUE TU ME MONTRES LA ROUTE

PUISQUE AVEC TOI, JE NE CRAINS RIEN.

MALGRÉ LES VENTS ET LES DÉROUTES

J’IRAI JUSQU’AU BOUT DU CHEMIN.

          

 

 

 

 

 1.- DONNE-MOI LA MAIN

MARIE ma MÈRE

Pour faire : « tout ce qu’ « IL » voudra…. »

Surtout prends soin

C’est ma prière,

De mon désir d’être avec Toi.

 

 2.- DONNE-MOI LA MAIN

MARIE ma MÈRE

Dans ces moments de : « Golgotha »

Y a-t-il, au moins,

Une « Lumière »

J’en ai tellement besoin, tu vois.

                    

3.- DONNE-MOI LA MAIN

                   MARIE ma MÈRE

              Car le puits reste à sec parfois,

                 Est-elle loin

                 Cette rivière

                 Où « IL » m’attend encore, je crois.

 

 

 

 

 

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
7.- SANCTA MARIA, je sais MARIE…

        Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA

 

1.- Je viens vers Toi MARIE

Le cœur et les mains vides

Je viens tel que je suis

Les chemins sont arides.

 

 

SANCTA MARIA

JE SAIS QUE TU M’ÉCOUTES

SANCTA MARIA

RESTE ENCORE SUR MA ROUTE.

 

 

 

 

 

 
    

 

 

 

 

2.- Je viens vers Toi MARIE

Tu sauras me comprendre

Jusqu’à redonner vie

À ce feu sous la cendre.

 

3.- Tu viens vers moi MARIE

Tu comprends ma détresse

Je peux dès aujourd’hui

Compter sur Ta tendresse.

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 

 


8.- DONN’MOI LA MAIN MARIE

         Paroles et  musique Jean-Claude GIANADDA 

 

 

 

 

 

DONN’MOI LA MAIN, MARIE

DONNE-MOI LA MAIN

DONNE-MOI LA MAIN POUR ALLER AU BOUT

DU CHEMIN. (bis)

 

 

 

 

        1.- Entends nos chansons sans horizon - et nos prières

                           Donne-moi la main.

             Comprends nos désirs – nos projets fous – mais si sincères

                           Donne-moi la main.

 

 

       2.- Vois ce monde en feu – si malheureux – et sans lumière

                           Donne-moi la main

 Vois ces vies cassées et cabossées – et nos : « que faire ? »

                           Donne-moi la main.

 

                                   

       3.- Prends nos déceptions – nos illusions – et nos impasses

                           Donne-moi la main

 Comprends nos colères – et nos « bien faire » - et nos audaces.

                           Donne-moi la main.

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer 

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
      

 

9.- TOI NOTRE DAME DE LA ROUTE

        Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

 

 

        TOI, NOTRE DAME DE LA ROUTE

SI ATTENTIVE AUX PELERINS

              TOI, NOTRE DAME DE L’ ECOUTE

              « RESTE AVEC NOUS », SUR NOS CHEMINS.

 

          1.- Elle est si longue cette route.

                   Et souvent, nous cherchons en vain.

Qui donc peut dissiper nos doutes

Si ce n’est TOI, j’en suis certain.

 

  2.- Où donc nous emmène la route

Y a t il là-bas le VRAI MATIN ?

Nous marcherons coûte que coûte

Puisque tu nous tiens par la main.

 

3.- Toi Notre Dame de la Route

                    Si attentive aux Pèlerins.

Même au plus fort de nos déroutes.

Guide nous sur le « VRAI CHEMIN ».

 

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
10.- SALVE REGINA – SANCTA MARIA

           Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

1.- Entré – par hasard dans l’église

     Et là – devant votre statue

     Gêné – «  mécréant » comme ils disent.

           MARIE TENANT L’ENFANT JÉSUS

                        MARIE – ne sachant trop « quoi » dire

                                   J’ai vu votre sourire

                                   VOUR M’AVEZ RECONNU !

 

SALVE – SALVE REGINA

SANCTA – SANCTA MARIA.

                 

                    SALVE – SALVE REGINA

                     SANCTA – SANCTA MARIA.

 

2.- Muet – car CROIRE est ma hantise

      Prier – ça je n’ai jamais su

      Ma vie – est pleine de bêtises

           MARIE – OFFRANT L’ENFANT JÉSUS ,

                   MARIE, serai-ce du délire

                          J’ai vu dans ce sourire

                           VOTRE AMOUR ÉPERDU !

 

3.- Et moi – paumé et sans assise

     Et moi – « qui naviguais a vue »

     Ou bien – planqué sur ma banquise.

           MARIE – AVEC L’ENFANT JÉSUS

                  MARIE, MONTEZ SUR MON NAVIRE

                                 AVEC VOTRE SOURIRE

                                J’IRAI AU BOUT DES NUES !

 

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer 

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
11.- DES GRAINS DE CHAPELET

                     Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

 

 

 

 

 
DES GRAINS DE CHAPELET

QUI TOURNENT ENTRE MES DOIGTS,

DIZAINE DE PROJETS,

UNE IMMENSE AFFECTION POUR « TOI ».

      DES GRAINS DE CHAPELETS

      QUI TOURNENT DANS MA VIE,

     DIZAINE DE SENTIERS,

     AFIN DE MIEUX ALLER VERS « LUI ».

 

 

1.- Quel merveilleux mystère

Quel bel enfantement,

Que l’amour d’une MÈRE

Qui nous écoute et nous comprend.

 

2.- Est-il plus belle route

Plus beau sentier de vie

Que - malgré nos déroutes

D’aller à Jésus par Marie.

 

3.- MARIE, TU m’accompagnes

Pour marcher PAS à PAS

Jouer à « qui perd gagne »

Et faire TOUT ce qu’IL dira.

 

4.- Et semer par DIZAINES

Tous ces grains d’amitié

Par milliers de « neuvaines »

                                Dans ce vieux monde en mal d’aimer.

 

 

 

12.- LA PRIÈRE

           Paroles et  musique : Francis Jammes – Musique : Georges Brassens

 

 

 

1.- Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
    Tandis que des enfants s'amusent au parterre
        Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
        Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
             Par la soif et la faim et le délire ardent
             Je vous salue, Marie.


2.- Par les gosses battus, par l'ivrogne qui rentre
     Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
         Et par l'humiliation de l'innocent châtié
         Par la vierge vendue qu'on a déshabillée
             
Par le fils dont la mère a été insultée
              Je vous salue, Marie.


3.- Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids
     S'écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras
          Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
          Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène
              
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne
               Je vous salue, Marie.


4.- Par les quatre horizons qui crucifient le monde
     Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe
          Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains
          Par le malade que l'on opère et qui geint
              
Et par le juste mis au rang des assassins
               Je vous salue, Marie.


5.- Par la mère apprenant que son fils est guéri
     Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid
          Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée
          Par le baiser perdu par l'amour redonné
             
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie
             Je vous salue, Marie.

 

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
13.- ON N’A JAMAIS ENTENDU DIRE…

                     Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

      

                  

1.- On n’a jamais entendu dire

     Que ceux qui se tournent vers vous

     Pour le meilleur et pour le pire

     SOUVENEZ-VOUS…

            On n’a jamais entendu dire

            Quoiqu’il en soi et malgré tout

            Aux nuits de peurs aux jours de rire

            SOUVENEZ-VOUS…

 

 

 

     TOUT SIMPLEMENT, SOUVENONS-NOUS :

     MARIE DEMEURE NOTRE MÈRE

        ON N’A JAMAIS ENTENDU DIRE LE CONTRAIRE

       NOUS, SES ENFANTS, SOUVENONS-NOUS.

 

                

   2.- On n’a jamais entendu dire

        Quand le bateau prend de partout

        Quand les mirages nous attirent

        SOUVENONS-NOUS…

             On n’a jamais entendu dire

             Lorsque revient le soleil d’août

             Ou lorsque l’hiver nous déchire

                           UN PEU PARTOUT.

 

              3.- Et lorsque les hommes délirent

                   Et que ce monde devient fou

                   Et que tout conspire à nous nuire

                   S0UVENONS-NOUS …

                           Et puis, quoiqu’on puisse me dire

                           Je reste confiant jusqu’au bout

                           Et qui pourra me contredire

                           SURTOUT PAS VOUS.

 

Pour télécharger la chanson : Cliquer 

 

Pour imprimer le texte et la partition : Cliquer

 
 


14.- VOUS ÉTIEZ LÀ MARIE

                     Paroles et  musique : Jean-Claude GIANADDA

 

  1.- Vous étiez-là, MARIE,

Dans ce bloc de granit - D’une statue de pierre

Pour veiller sur nos vies.

Je vous ai vu, MARIE,

Au milieu des bougies - Des cierges et des lumières

Éclairant notre vie.

C’était bien vous, MARIE,

Avec mille soucis - mille joies d’une mère

Ses désarrois aussi.

  JE VOUS SALUE, MARIE !

JE VOUS SALUE, MARIE.

JE VOUS SALUE, MARIE

JE VOUS SALUE, MARIE.

 

  2.- Vous étiez-là, MARIE

De Kaboul à Bangui en femmes dignes et fières

Et à Manille, aussi.

Je vous ai vu, MARIE.

Dans la femme en Sari, dans la femme Berbère

Quand vous alliez au puits.

C’était bien vous, MARIE.

Dans la fille meurtrie d’une banlieue misère

Dans ses pleurs et ses cris.

 

 

3.- Vous étiez-là, MARIE.

Quand pour servir autrui jusqu’au bout de la terre

Des femmes sont parties.

Je vous ai vu, MARIE.

Dans ces femmes qui prient au fond d’un monastère

Et en donnant leur vie.

C’était bien vous, MARIE.

Là, au cœur de ma vie me montrant « SA » Lumière

Et « SON » Chemin aussi.